Description des projets

Description des projets (objectifs et interventions)

Le projet pluriannuel de la catégorie 1 visant à soutenir les arrangements nationaux de mise en œuvre (ANMO) est mis en œuvre au Burundi depuis juillet 2010. Les principaux objectifs du projet sont le renforcement des capacités nationales pour élaborer et mettre en œuvre les politiques commerciales, l’établissement des structures de coordination institutionnelle pour les questions commerciales et l’intégration du commerce dans les plans de développement national, le budget de l’État et le dialogue avec les donateurs. Le projet de la catégorie 1 soutient également la coordination entre le secteur public et le secteur privé pour les questions commerciales, tandis que le Comité directeur national (CDN) du CIR facilite la coordination interministérielle pour le commerce.

Le projet de la catégorie 2, qui vise à améliorer les capacités pour les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) dans les secteurs prioritaires et le développement du commerce, a été approuvé par le Conseil du CIR en juillet 2012.  À travers l’application des normes sanitaires et phytosanitaires internationales Le projet permettra d’améliorer le système national de qualité pour les mesures sanitaires et phytosanitaires en fournissant de services à la pointe dans le domaine de l’évaluation de la conformité (inspection, normalisation et évaluation), ainsi que la qualité et la compétitivité pour l’export des filières ciblées (fruits et légumes, café).

Le Burundi utilise également les ressources fournies au titre du CIR pour entreprendre une étude de faisabilité aux fins de l’établissement d’un entrepôt frigorifique à l’aéroport de Bujumbura, ainsi que pour mener d’autres études visant à soutenir le développement du secteur du tourisme – y compris l’identification et le marquage des sites touristiques – et la révision de la législation sur les  zones industrielles d’exportation. Par ailleurs, le pays a soumis une proposition de financement au titre du CIR d’un programme de subventions de contrepartie destiné à soutenir les exportateurs du secteur privé tournés principalement vers le marché régional.

Principaux résultats obtenus à ce jour

La mise à jour de l’EDIC du Burundi a été validée en juillet 2012. Les priorités commerciales identifiées dans le projet de la catégorie 1 ont été intégrées dans la nouvelle stratégie nationale de développement (SND) finalisée en août 2012. La nouvelle SND du pays a été présentée aux partenaires de développement en 2012 également. En outre, trois études de faisabilité (mécanismes de soutien aux exportations) ont été approuvées par le Conseil du CIR en décembre 2012.

Le gouvernement a créé une plateforme coordonnée avec les donateurs et le secteur privé dans le domaine du commerce, et l’Unité nationale de mise en œuvre (UNMO) participe aux réunions mensuelles du Groupe de travail sectoriel sur le développement du secteur privé entre le gouvernement et les donateurs. Des consultations de haut niveau ont lieu deux fois par an lors des réunions du Groupe de coordination des partenaires. Une table ronde des donateurs a été organisée à Genève grâce aux réseaux gouvernement donateurs afin de faciliter une plus large adhésion des partenaires de développement à la suite de la validation de la mise à jour de l’EDIC du Burundi.

Le projet de catégorie 2 au Burundi, qui vise à améliorer les capacités en matière de mesures SPS dans des secteurs prioritaires tels que le café et les fruits de la passion, renforce la capacité institutionnelle à améliorer la conformité avec les normes SPS et à accroître la capacité du secteur privé (100 petites et moyennes entreprises pilotes) à augmenter les exportations ainsi que les recettes et les salaires.

Perspectives

Le Burundi a commencé à élaborer un programme à moyen terme visant à faciliter la mise en œuvre de la matrice des actions de l’EDIC et à mobiliser des ressources à cette fin. Le pays travaille également à la préparation de projets de catégorie 2 portant sur le développement de capacités du secteur privé et sur le tourisme